jeudi 6 février 2014

La géolocalisation au service des administrés et de la ville

Quelques expériences de Géolocalisation de ces encombrants, anomalies et incivilités qui viennent nous "contrarier" au quotidien :


L'AgglO Orléans Val de Loire expérimente depuis septembre 2012, un service de géolocalisation des incivilités et anomalies dans les rues. Des agents photographient les "incidents" via un smartphone et partagent cette information avec un coordinateur qui fait une demande d'intervention auprès du ou des services concernés.
Retrouvez l'article complet en ligne AgglO N°33

C'est déjà un premier pas


Paris va plus loin et teste depuis l'été 2013, une application mobile et un site pour permettre aux Parisiens de signaler les anomalies rencontrées dans la rue, au cours de leurs pérégrinations.

Descriptif de l'application en quelques points :

techniquement : Les applications mobiles ont été développées par des experts reconnus de ce type de dispositif. Leurs codes sources, ainsi que le code du dispositif de gestion utilisé par les services de la Ville, seront publiés en open source. C’est à dire qu’ils pourront être adaptés et réutilisés librement par d’autres territoires.

sur le terrain : L’application mobile ou le formulaire Internet n’est que la petite face immergée du dispositif. Avec la géolocalisation et la qualification de l’anomalie, celle-ci est directement envoyée au service le plus proche et le plus compétent pour l’analyser et la traiter. Un opérateur local déclenche les actions nécessaires et tient l’utilisateur à l’origine de la remontée au courant du traitement (si celui-ci a bien enregistré son mail en même temps que l’anomalie constatée).

et la charge de travail :  L’application en ligne va se substituer et compléter les applications déjà en ligne sur Paris.fr (graffiti, éclairage…) et simplifier la tâche des Parisiens . L’application sur smartphone  vient en partie en substitution des appels téléphoniques et des courriels reçus par divers canaux. La connexion directe de l’application avec des applications métiers ou des prestataires comme l’enlèvement des encombrants, l’enlèvement des graffitis, la réparation de l’éclairage public et de la signalisation lumineuse et d’autres encore doit faciliter la résolution des anomalies.
Globalement le dispositif permet de centraliser les anomalies pour mieux les prioriser et organiser les traitements.
Retrouvez l'article complet en ligne sur la lettre PARIS